L’histoire du « playboy » malien qui a soutiré 242 millions $ à une banque de Dubaï en se servant de la « magie noire »

Le nom Foutanga Babani Sissoko peut ne pas signifier grand chose pour vous, mais le malien serait responsable de l’une des arnaques les plus remarquables de tous les temps – en se servant de la « magie noire »

Un reportage de Brigitte Scheffer de la BBC a raconté l’histoire de Foutanga Babani Sissoko, qui aurait fraudé la Banque islamique de Dubaï ( Dubai Islamic Bank ) de plus de 242 millions de dollars et qui vit aujourd’hui librement au Mali.

En août 1995, Foutanga Babani Sissoko est entré au siège de la Banque islamique de Dubaï à Dubaï, demandant à son directeur Mohammed Ayoub de lui consentir un prêt pour l’achat d’une voiture. Ayoub est d’accord. Satisfait de l’affaire, Sissoko a invité Ayoub à la maison pour un dîner en affirmant qu’il avait des pouvoirs de «magie noire», en particulier le pouvoir de prendre une somme d’argent et de la doubler.

D’une manière ou d’une autre, après une «démonstration magique», Ayoub est tombé dans le piège  de la ruse et a commencé à faire des transferts dans les comptes de Sissoko, s’attendant à les récupérer en double . Bien sûr, cela ne s’est pas réalisé.

Ayoub a fait 183 transferts dans les comptes de Sissoko à travers le monde  entre 1995 et 1998, réglant également les factures massives de carte de crédit de Sissoko se chiffrant en millions de dollars.

Quelques mois après avoir appâté  Ayoub, Foutanga Babani Sissoko a visité la Citibank à New York, non seulement en ouvrant un compte mais en trouvant un moyen de canaliser l’argent vers les Etats-Unis – en épousant un caissière

« Il est entré chez Citibank un jour, sans rendez-vous, a rencontré une caissière et il a fini par l’épouser », explique Alan Fine, un avocat de Miami qui a enquêté sur Sissoko.

« Il y a des raisons de croire qu’elle a rendu sa relation avec Citibank plus confortable, et il a fini par ouvrir un compte à travers lequel, de mémoire, je vais juste dire que plus de 100 millions de dollars ont été transférés aux Etats-Unis. »

Sissoko a payé la femme plus d’un demi-million de dollars pour son aide, la convainquant qu’elle était sa femme malgré qu’elle sache qu’il avait beaucoup de femmes dans le monde entier – en Afrique, à Miami et à New York. En homme Riche , Sissoko a acheté trois avions et a réalisé son rêve d’ouvrir une compagnie aérienne pour l’Afrique de l’Ouest -Air Dabia, du nom de son village natal au Mali.

Cependant, Sissoko a finalement été arrêté après avoir tenté d’acheter deux hélicoptères Huey datant de la guerre du Vietnam et a offert un pot-de-vin de 30 000 dollars à un douanier pour obtenir un permis d’exportation.

Après son arrestation  à Genève, Sissoko a été rapidement extradé à Miami aux États-Unis, où il est devenu une célébrité locale et avait une foule de partisans influents.

Libéré sous paiement d’une caution de 20 millions de dollars – un record de Floride à l’époque – Sissoko a dépensé une fortune  à Miami, achetant plus de 30 voitures chères, louant 23 appartements et distribuant de grosses sommes d’argent à des œuvres caritatives.

« Je pensais, est-ce un Robin des Bois moderne, pourquoi voleriez-vous de l’argent et le donneriez? Cela n’a aucun sens », a déclaré l’un de ses avocats de la défense, le professeur H T Smith.

Fine voyait les actions de Sissoko de façon plus cynique, disant que Foutanga Babani Sissoko avait tellement de choses à faire pour «perpétuer la conviction qu’il était un homme très puissant et fabuleusement riche».

Lorsque l’affaire Sissoko a finalement été portée devant les tribunaux, il a plaidé coupable. Il a été condamné à 43 jours de prison – ne servant que la moitié – et à une amende de 250 000 $, bien sûr payée par la Banque islamique de Dubaï

Sissoko a finalement été libéré en échange d’un paiement d’un million de dollars à un foyer pour sans-abri, renvoyé au Mali pour purger le reste de sa peine en résidence surveillée. Au lieu de cela, il a été de nouveau accueilli comme un héros.

Alors qu’Ayoub a été condamné à trois ans de prison pour avoir fraudé la Banque islamique de Dubaï, Sissoko n’a jamais été jugé pour ses crimes, bien qu’un tribunal de Dubaï lui a donné la même sentence en son absence. Il reste recherché par Interpol qui a un mandat d’arrestation non exécuté.

Entre 2002 et 2014, Sissoko a été député au Mali, ce qui lui a permis d’échapper aux poursuites. Il est maintenant protégé par le fait que le Mali n’a pas de traité d’extradition avec un autre pays.

Quand Scheffer a finalement trouvé Sissoko et lui a demandé en personne au sujet de la fraude, Sissoko était « impénitent ».

« Madame, ces 242 millions de dollars, c’est une histoire un peu folle, les messieurs de la banque devraient expliquer comment ils ont perdu tout cet argent », a déclaré Sissoko.

« Écoutez, comment cet argent aurait-il pu quitter la banque de cette manière? » C’est le problème, ce n’est pas seulement cet homme [Ayoub] qui autorise les transferts. Quand une  banque transfère de l’argent ce n’est pas une seule personne qui le fait.  Ce sont plusieurs personnes qui le font. »

Au cours de son interview avec la journaliste de la BBC, il  parlé de ses efforts pour reconstruire son village, qui ont  commencé en 1985, et de l’argent qu’il a fait. À un moment donné, il valait 400 millions de dollars, a-t-il dit.

Bien qu’il ait gaspillé tout son argent et ne puisse jamais quitter le Mali sans être arrêté, Sissoko est en fuite depuis plus de deux décennies.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de