Mamadou Diop Iseg et son épouse, Aïssatou Seydi, règlent leurs comptes à la barre

Mamadou Diop Iseg et son épouse, Aïssatou Seydi, règlent leurs comptes à la barre

Le président de l’Iseg, Mamadou Diop, et sa seconde épouse, Aïssatou Diop Seydi, étaient hier jeudi, devant le juge correctionnel de Dakar. Madame Diop Seydi accuse son époux d’avoir commis du faux pour saisir sa maison sise à Sacré-Cœur. Elle est accusée d’avoir détourné une partie du patrimoine de son mari.

Le torchon continue de brûler entre le patron de l’Iseg, Mamadou Diop et sa deuxième épouse, Aïssatou Diop Seydi. Le couple a comparu hier jeudi, devant le tribunal correctionnel de Dakar. L’épouse accuse son mari de faux et usage de faux, d’escroquerie à jugement et tentative d’escroquerie à jugement. Pendant que Diop Iseg reproche à sa femme d’avoir détourné une partie de sa fortune. Dans sa citation, Mme Diop déclare que son époux a confectionné un faux procès-verbal d’assemblée générale de l’Iseg, datée du 15 janvier 2014, pour confirmer l’achat d’immeubles. Or, en sa qualité de directrice générale de l’établissement, elle n’a jamais assisté à un conseil d’administration où il était question d’acquisition d’immeubles.

Selon elle, Diop Iseg s’est servi de ce procès-verbal pour avoir une pré-notation en vue de saisir sa maison. Très agitée à la barre, Aissatou Seydi est revenue sur l’acquisition des immeubles qui abritent les campus de l’Iseg. Elle dit avoir acquis l’immeuble du lot 9023 à Sacré-Coeur sur fonds propres. Le juge qui revient à la charge l’interpelle sur ses revenus mensuels. Mme Diop déclare qu’elle avait un salaire de 3 millions FCfa en tant que directrice générale de l’Iseg, suscitant le doute du côté de la défense. Les conseils Diop-Iseg l’ont accablée de questions. Et, la partie civile a fini par revenir sur ses déclarations. Aïssatou Seydi a affirmé que l’immeuble dont elle réclame la propriété est un don de Mamadou Bâ, directeur de l’Agetip. Elle poursuit, alléguant qu’il avait mis M. Ba en rapport, en 2001, avec son époux pour qu’il lui loue des immeubles.

Selon la défense, dans une procédure des référés, Mme Diop a été expulsée de la maison. Même si elle avait produit un acte de droit réel. Car son mari avait produit des chèques justifiant que les immeubles ont été achetés avec le compte l’école. Entendu, Mamadou Diop a démenti les accusations de sa femme, soulignant qu’elle ne l’a pas mis en rapport avec Mamadou Bâ. Le patron de l’Iseg déclare que le jour de sa sortie de prison, sa femme avait abandonné le domicile conjugal. Et, elle avait laissé un sachet contenant des documents. Le président l’Iseg a nié avoir confectionné le document. Il a soutenu que l’assemblée générale s’est tenue en présence de sa femme et des membres du conseil administratif.

Le Cames lui avait demandé des propriétés immobilières pour valider l’accréditation de son institut. C’est pourquoi, il avait décidé d’acheter l’immeuble auprès de Mamadou Bâ. L’une des maisons a été payée à 220 millions FCfa au comptant et l’autre à 40 millions FCfa par moratoire. M. Diop en conclut que Aïssatou Seydi a gaspillé les fonds de l’école en parrainant des soirées du chanteur Wally Seck et profité de sa détention pour faire main basse sur ses biens. D’avis que les infractions sont établies, les conseils de la plaignante ont sollicité 500 millions FCFA de dom- mages et intérêts. Le procureur de la République a requis l’application de la Loi pénale. Le pool d’ávocats de la défense a plaidé la relaxe, demandant 100 millions FCFA de dommages et intérêts pour procédure abusive. Le délibéré est fixé au 23 juin prochain.

DOUDOU DIOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici