Sanctions contre le Mali: La Guinée « viole » l’embargo de la CEDEAO

Sanctions contre le Mali: La Guinée « viole » l’embargo de la CEDEAO

L’info est du « Témoin » quotidien. Selon une source actuellement en séjour à Conakry, la Guinée du président Mamady Doumbouya semble ignorer les dures sanctions de la Cedeao infligées au Mali, en raison du non-respect par la junte au pouvoir de l’échéance de février, pour organiser des élections et ramener les civils au pouvoir.
Hier, lundi, nous rapporte-t-on, les camions de transport de marchandises et les taxis-brousse circulaient librement entre la Guinée et le Mali via les villages frontaliers tels que Siradjouba, Balandougou et Gnaouléni.

Une libre circulation des personnes et des biens entre les deux pays comme si de rien n’était, alors que la Cedeao avait exigé la fermeture « immédiate » des frontières entre le Mali et les pays membres de l’institution communautaire, le gel des actifs maliens au sein de la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest, la suspension des transactions sauf pour les produits de première nécessité et pharmaceutiques, la coupure des aides financières et le rappel des ambassadeurs des pays membres au Mali.

Pour « Le Témoin », la Cedeao veut une chose et son contraire. Comment peut-on sanctionner ou expulser la Guinée de toutes les instances de la Cedeao et vouloir que le même Etat guinéen applique des mesures d’embargo contre le Mali voisin ? Peut-être, les ambassadeurs, les ministres et autres députés sénégalais, grands « constitutionnalistes » du dimanche, apporteront une réponse diplomatique, politique et juridique à cette question selon « Le Témoin ».

leral

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici