Situation financière difficile, Non-respect de promesses de revalorisation: les retraités civils et militaires crient leurs ras-le-bol à Macky et tirent sur La Poste

Situation financière difficile, Non-respect de promesses de revalorisation: les retraités civils et militaires crient leurs ras-le-bol à Macky et tirent sur La Poste

L’Association Nationale des Retraités Civils et Militaires (ANRCM) /Fond national de retraite (FNR) a organisé un point de presse ce mardi 21 juin pour dénoncer « les maux » dont ses membres souffrent. À en croire leur président Aladji Amadou Ndiaye, les pensionnaires de l’ANRCM/FNR vivent des situations très difficiles d’ordre sociale, sanitaire mais surtout financière qui frisent la paupérisation de leurs familles. Face à cela, ils réclament la revalorisation des pensions allant de 10 à 25 %. Mais aussi, ils exigent que La Poste respecte les retraités en leur payant leurs pensions dès que les virements sont exécutés. Par ailleurs, ils ont annoncé un sit-in le mardi 28 juin devant la Direction des pensions de Point E si leurs revendications ne sont pas entendues.

Au Sénégal, la pension de retraite est attribuée à tout employé déclaré à l’Ipres et ayant cessé toute activité salariale. Forte, aujourd’hui, de près de huit mille (8 000) membres, l’Anrcm/Fnr est née en décembre 1962 par la volonté de quelques fonctionnaires dégagés de service. Après avoir consacré leur vie intellectuelle et professionnelle à servir leur pays, ils réclament de la considération, du respect et une meilleure vie.

« Nous avons le droit de réclamer, voire d’exiger d’être pris en compte, d’être associés, d’être respectés. Toute endurance ayant des limites, l’Anrcm/Fnr se voit obligée de changer de fusil d’épaule en se manifestant publiquement pour exprimer le ras-le-bol de ses membres négligés, voire oubliés en tout. Ainsi, nous exigeons sans ambages, de toutes les autorités étatiques à tous les niveaux qu’elles se situent, le respect, la considération et la reconnaissance dues aux ainés. Cette négligence est d’autant plus manifeste qu’il n’existe même pas de Ministère chargé des personnes âgées et de leurs associations tant et si bien que ces dernières ne savent où donner de la tête en cas de besoin. », a tempêté le président de l’Anrcm/Fnr Aladji Amadou Ndiaye lors de la rencontre.

 

Situation financière difficile, Non-respect de promesses de revalorisation: les retraités civils et militaires crient leurs ras-le-bol à Macky et tirent sur La Poste
« Nous réclamons une hausse de 55% des pensions »
Poursuivant, il a déploré l’injustice qu’ils subissent, car les personnes âgées « passent souvent inaperçues aux yeux de l’Etat ». Une situation que ces retraités déplorent en soulignant aussi « le montant dérisoire des pensions au  Fonds national de Retraites ». « Le montant des pensions du FNR stagne depuis le 31 octobre 2011. Pour dire vrai, ce montant ne stagne pas, il diminue sans cesse, compte tenu du renchérissement permanent du coût de la vie. Si l’on sait qu’avec son salaire d’avant la retraite, le fonctionnaire arrivait difficilement à prendre en charge sa progéniture, comment peut-il joindre les deux bouts avec une pension qui entretient la même progéniture sur laquelle il a énormément investi en matière d’éducation et de formation et qui se trouve sans emploi », a affirmé M. Ndiaye.

Selon ce dernier, depuis près de deux ans, l’association ne cesse de rappeler l’augmentation substantielle des pensions du Fnr qui est un engagement du président de la République, déclaré par lui-même à la deuxième conférence sociale et exprimé par le Premier ministre d’alors Monsieur Mouhamadou Boun Abdallah Dione dans son Discours de politique générale en 2017. Ils avaient convenu d’augmenter de 40 % leurs pensions étalées sur 4 ans pour compter du fin Janvier 2018 pour plus de justice et d’équité. Une augmentation que les membres de l’Anrcm/Fnr attendent toujours.

« Nous attendons toujours et nous réclamons une hausse de 55% des pensions. Nous exigeons que le Président Macky Sall signe le projet de décret qui accompagne les propositions de revalorisation des pensions du FNR allant de 10 à 25 %. D’ailleurs, le budget afférent à cette revalorisation d’un montant de huit milliards, inscrit dans la Loi de Finances initiale de 2021 est déjà adopté ».

 

Situation financière difficile, Non-respect de promesses de revalorisation: les retraités civils et militaires crient leurs ras-le-bol à Macky et tirent sur La Poste
Quand La Poste réclame injustement de leur de l’argent aux retraités
Aladji Amadou Ndiaye a aussi soulevé les difficultés que leur causent les services de La Poste avant de leur payer les pensions malgré les virements effectifs dans les comptes des bénéficiaires par le Trésor public. « A ce préjudice, s’ajoute le fait de réclamer une somme de 45.000 francs à quiconque qui solliciterait une attestation de non-engagement pour clôturer son compte et cesser de se faire virer la pension. Pire encore, après avoir versé cette somme libératoire, l’intéressé est obligé de patienter durant 30 jours pour obtenir ce sésame », a-t-il fustigé.

Par conséquent, l’Anrcm/Fnr exige que le Directeur général de La Poste respecte les retraités en leur payant leur pension dès l’effectivité du virement exécuté par les services compétents ou de libérer tout client retraité qui le désire, indemne de tout engagement vis à vis des comptes de La Poste. Pour finir, il a annoncé qu’une rencontre est prévue et sera convoquée incessamment le mardi 28 juin pour une harmonisation des positions et des propositions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici